jeudi 7 février 2019

20 - Magnifiques endives

J’incarne la mélancolie des endives.

Lorsque je pense à ce légume issu des terres du Nord, je suis envahi par la nostalgie. Le spleen me submerge à l’évocation de cette plante qui a la saveur exacte de ma prime existence passée en Picardie.

La perle opaline des jardins de mon enfance brille dans mon âme comme un éclat de bonheur dans un ciel idéalisé.

Certes plus pâle que le croquant cornichon (court et biscornu ainsi qu’une piètre cacahuète), moins élégante que la nonchalante laitue (avec ses grands airs dans sa robe vaniteuse de diva) mais aussi glorieuse que la phallique et turgescente carotte, l’hôte des sols d’hiver n’a point à rougir de sa blancheur !

A la fois longiligne et dodu, invisible et secret sous l’hortillon, mal connu, voire mal aimé avec son allure faussement timide, le chicon forme le sommet de mes souvenirs de jeunesse.

Gorgées des brumes du pays de Somme, teintées de la craie de ses chemins, fraîches, amères et vives, brillantes telles des larmes d’anges gelés, les héroïnes de la région Hauts-de-France sont de parfaites, rigides, froides beautés.

Loin de ces cultures potagères chères à mon coeur, je rêve et pleure la nuit sous le firmament. Lorsque au-dessus de ma maison passent des étoiles filantes, béat d’admiration je me figure alors que sont les endives de mes vertes années qui me font signe là-haut...

J’imagine qu’elles voyagent dans l’immensité spatiale, légères, fulgurantes, en quête d’éternité, fusant dans l’infini toutes feuilles déployées !

A l’aube, une fois ces lueurs célestes envolées, évanouies dans le mystère du Cosmos, je repense avec langueur aux éblouissantes productions horticoles qui ont illuminé mon âge tendre.

Qui est Raphaël Zacharie de IZARRA ?

Ma photo

Modestement à travers quelques centaines de textes j'ai embrassé de près ou de loin tous les aspects du monde -des choses comme des hommes- dans toutes les directions imaginables, du gouffre le plus bas au sommet le plus glorieux, de l'anodin au sublime, de la bête au divin, du simple caillou à qui j'ai donné la parole jusqu'aux feux galactiques que j'ai fait taire devant un battement d'aile.
 
Sur le plan du palpable je suis parti du microcosme pour me hisser jusqu'au macrocosme, sans omettre de poser mon regard à hauteur des boutons de chemise de mes semblables. Du point de vue des choses de l'esprit j'ai exploré les vices les plus baroques autant que les vertus les moins partagées, je suis allé sonder les petits ruisseaux mentaux de mes frères humains mais aussi les fleuves nocturnes de mes chats énigmatiques.Je suis allé chercher le feu olympien à droite et à gauche, m'attardant à l'occasion sur mes doigts de pieds.
 
J'ai fait tout un fromage de vos mesquineries de mortels, une montagne de mots des fumées de ce monde, un pâté de sable de vos trésors.J'ai abordé de près ou de loin tous les thèmes : l'amour, la laideur, la solitude, la vie, la mort, les fraises des bois, les rêves, les cauchemars, l'excrément, la lumière, le houblon, la pourriture, l'encens, l'insignifiance, le grain de sable, les poubelles de mon voisin, les relents gastriques de Jules César, l'encre de Chine, le plaisir, le vinaigre, la douleur, la mer...
 
Tout, absolument tout ce que contient notre pauvre monde et même au-delà a été intégré à mes textes.J'ai embrassé l'Univers d'un regard à la fois grave et loufoque, limpide et fulgurant, lucide et léger, aérien et "enclumier" : celui de ma plume.A travers ce blog je vous invite à faire un tour relativement rapide de l'humanité et de l'Univers, de prendre la mesure de tout ce qui existe et n'existe pas en quelques centaines de textes futiles et mémorables, éloquents et sarcastiques, répugnants et délectables, pleins de grains de sel et de justesse.
 
Raphaël Zacharie de IZARRA